Classe inversée, la pédagogie des Antipodes ?

classe inversee

La classe inversée, avec l’aimable autorisation de classeinversee.com (Tous droits réservés)).

Continuons notre réflexion avec un autre sujet qui fâche : la classe inversée. Parangon de l’éducation moderne ou gadget pédagogique ? – Revenez dans 10 ans et vous verrez ce qu’il en reste ! La classe inversée demande une grande réflexion et ne s’improvise pas. Elle repose cependant sur quelques constats de bon sens.

Le premier constat est que la plus-value d’un professeur ne réside pas dans sa capacité à faire copier un résumé, coller une feuille ou colorier. On peut estimer que ces activités, en fonction du niveau de la classe, sixième ou troisième, occupent de vingt à trente minutes sur une séquence de 55 minutes. Ajoutons cinq minutes d’installation (soyons optimiste !). Calculons. Et oui, plus de la moitié du temps est écoulée et nous n’avons pas encore travaillé ! Enfin si, nous avons produit un texte, souligné et structuré. Très beau car c’est le professeur qui l’a rédigé. Comme il a pris le temps de l’écrire au tableau, il y a peu de fautes d’orthographe (dans cette optique, rajouter cinq minutes, car recopier est une activité plus longue que écrire). Le document est bien collé. Bien. Qui a travaillé, au sens de réfléchir, associer des éléments, déduire, induire, produire un texte ou un schéma ?

Le second constat est qu’un élève qui a une petite idée de ce dont on va lui parler se trouve être plus réceptif. Nous y reviendrons.

Un troisième constat repose sur l’analyse du monde actuel. Tous les individus ont un accès à l’infosphère (enfin, presque tous). Le livre et le papier sont délaissés au profit de la console, de la tablette ou du smartphone. Tout va beaucoup plus vite car on n’a plus le temps (pourquoi ? je ne sais pas !) et il faut aller à l’essentiel. Donc ne pas rester trop longtemps sur une tâche. Une vidéo sur Youtube, c’est quatre minutes… Un jeu vidéo, c’est plus long, mais ça bouge et c’est pas scolaire, donc on ne s’ennuie pas.

Mélangeons ces constats. Réfléchissons. Et hop ! une classe inversée sort du chapeau ! Mais attention. Il ne suffit pas de faire regarder une vidéo à la maison (une capsule), de remplacer le professeur par un petit film, ni de faire copier un titre en dehors de la classe, et tutti quanti. Trop facile.

Il faut un scénario. C’est le retour du storytelling par la fenêtre de la classe ! Nous devons, ici, nous lancer dans quelques prolégomènes. Qui est important dans le système éducatif ? C’est l’élève. Il faut donc le placer au centre du dispositif. Je vois déjà mes collègues s’esclaffer et me rappeler qu’il s’agit ici de la doxa ministérielle depuis une dizaine d’années. Mettre l’élève au centre, c’est ici décentrer le professeur (ce que le ministère ne dit pas, à tous le moins explicitement). Mais, si le professeur n’est plus le point focal de la classe, où est-il ? Mais au milieu des élèves. A coté des élèves. Il ne travaille plus ex cathedra, mais endosse les oripeaux – horresco referens – du coach, du guide, de l’entraîneur.

Le scenario mis en place repose sur quelques principes intangibles. Tous le matériel pédagogique est accessible en ligne, à tous moments, par tous les élèves. L’évaluation est connue de l’élève : il sait ce que l’on attend. Chaque élève reçoit une feuille de route individualisée, c’est-à-dire comportant plusieurs types d’activités qu’il est libre de choisir en fonction de son appréhension de la prise de risques, de ses difficultés, de son envie. Individuellement, et plus généralement en groupe, il doit résoudre des problèmes (groupe sous-entend Travail en îlot bonifié, la nouvelle mode). Ce travail prendra la forme d’un texte, d’un schéma, d’un exposé, d’un projet de groupe. Il sera formalisé sous une forme électronique, ou papier. En cas de blocage, l’élève recevra l’aide de son professeur, mais également de ses pairs.

Le climat de classe devient donc plus détendu, moins anxiogène. Certes, il est parfois plus bruyant. Mais, à choisir, faire cours en se battant contre le bruit ou accompagner des élèves qui travaillent bruyamment ? Vous trouverez une exposition claire de la méthode et de la philosophie de la classe inversée sur cet excellent site.

Et puis, vous avez remarqué ? Le travail qui se fait à la maison ne nécessite pas la présence d’un spécialiste, le travail qui se fait en classe, l’est en présence d’un spécialiste. Étonnant, non ?

 

 

Publicités

À propos Crémieu-Alcan
Professeur en collège, Docteur en Histoire, spécialiste de la forêt (délinquance) et des mentalités (résistance à la justice), Travaille sur les usages pédagogiques du web 2.0. Anime la classe Médias du collège Dupaty (une classe PEM) Site Perso : miscellanees33.wordpress.com

3 Responses to Classe inversée, la pédagogie des Antipodes ?

  1. CuriousCat says:

    Bonsoir Crémieu-Alcan,
    Merci pour ce sujet.
    Sans doute serez-vous intéressé par la réflexion de Marcel Lebrun, Docteur es Sciences de l’UCL (https://www.youtube.com/watch?v=kYbxdfGxRi4), ami de l’un de mes contacts Denis CRISTOL, lui-même chercheur à Nanterre, qui met son humilité au service de tous pour l' »apprendre ensemble » et dont je suis le projet enthousiasmant (http://4cristol.over-blog.com/2014/11/la-classe-inversee.html).

  2. prof says:

    Cela me donne envie de creuser l’idée. Merci pour ce petit coup de pouce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Classe Média Dupaty

Une classe qui a la classe !

K Elle Aime

Pâtisser, cuisiner, voyager

Esclaves en Amérique

Récits autobiographiques d'anciens esclaves 1760-1865

@-ZAP

Journal d'une zapette du web azimutée

Elles et sport

Les femmes et le sport : l'harmonie gagnante

Les EPI médias de Dupaty

Les EPI médias, c'est immédiat !

livres d'un jour

Lire c'est bien, partager c'est mieux !

L'opticoindescurieux

[Le goût 100% "pigmenté" des arts & des sciences de CuriousCat]

%d blogueurs aiment cette page :