Xmind, le couteau suisse de la carte ?

Projection de Fuller avec les index de distorsion de Tissot.

Il est peut-être temps de revenir sur les outils pour réaliser des cartes mentales. En effet, si seul un papier et un crayon suffisent, pourquoi utiliser un logiciel ? Plusieurs réponses sont possibles. Pour obtenir un rendu plus esthétique serait une première réponse. Mais on peut aussi poursuivre d’autres buts. Une carte peut renvoyer uniquement à des sites web. Un lien hypertexte est plus facile à lire sur un écran car on peut l’enfouir sous un habillage esthétique. On peut également utiliser une carte heuristique pour réaliser le plan d’un écrit. Les bons logiciels de cartes heuristiques permettent un export de la carte sous la forme d’un plan, dans un texteur. Parmi des dizaines de logiciel, je propose de m’attarder sur Xmind. C’est désormais un logiciel très abouti qui propose un modèle « freemium ». Une version gratuite largement suffisante pour un usage standard et une version payante proposant des « goodies ».

D’emblée, Xmind se démarque de la concurrence en proposant de nombreux types de cartes. Parmi ceux-ci, on remarque des diagrammes, des arbres, des matrices, le célèbre diagramme d’Ishikawa (peu courant dans l’offre actuelle). Il existe également des cartes préconçues qu’il suffit d’adapter. Une des particularités du logiciel réside dans le fait qu’il n’aime pas les courbes : il propose des schémas très linéaires et géométriques. Il s’agit là d’un contre-exemple, puisqu’il est impossible d’obtenir une carte irradiante. Reconnaissons cependant que cela devient très utile lorsqu’on veut soutenir un discours et que l’on découvre petit-à-petit le schéma sur le tableau.

En fait, Xmind propose souvent des réponses qui s’apparentent davantage au monde des schémas, plutôt qu’à celui de la carte mentale. De fait, les novices sont peu perturbés par les productions qu’ils obtiennent. En revanche, l’utilisation du logiciel sera contre-productive après une initiation à la carte mentale selon les préceptes de Tony Buzan.

Alors, quelles conclusions retirer de cette brève présentation ? Le principal point fort de ce logiciel est sa souplesse d’emploi. Il est également simple à mettre en œuvre et disponible sur la plupart des plateformes. Comme support de cours, il est idéal avec une matrice linéaire qui se développe au fur et à mesure. En revanche, impossible d’obtenir une carte irradiante avec de belles courbes. De même, le diagramme d’Ishikawa est un vrai plus, surtout si on veut détourner « l’arbre des causes » pour créer une chronologie ou une méthodologie de travail. L’usage de petites icônes permet aussi de créer des ordres de priorités, des références calendaires et j’en passe : ici, c’est clairement une approche « gestion de projet » qui se profile. En un mot, Xmind est clairement un outil très polyvalent, le véritable couteau suisse de la représentation graphique des idées et des méthodes.

Rien n’est plus facile de trouver un mode d’emploi succinct. Des vidéos sur YouTube, de multiples blogs proposent de nombreux « tutos ». Je vous propose le travail réalisé par Anne Petit : seulement six pages !

Publicités

À propos Crémieu-Alcan
Professeur en collège, Docteur en Histoire. Travaille sur les usages pédagogiques du web 2.0. Anime la classe Médias du collège Dupaty (une classe PEM) Site Perso : miscellanees33.wordpress.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Maikresse72

mes petites idées pour la classe

Le blog de Yannick Rumpala

Carnet de recherche, bloc-notes et défouloir

Un Prof d z'écoles

Numérique, Pédagogie, Ressources

Mille et une Feuilles

Des livres par gourmandise

Bernard Alteyrac

Écrits et musique

Actuel Moyen Âge

L'Histoire continue

%d blogueurs aiment cette page :