Un projet Transmédia au temps des Lumières

Il faut cliquer sur l’image pour accéder aux ressources.

Voici un néologisme qui est relativement ancien. En effet, Henry Jenkins, en 2003, est le créateur du terme. Il parle de « transmedia storytelling » (narration transmedia), un processus de déploiement d’œuvres caractérisé par l’utilisation combinée de plusieurs médias, afin de développer une expérience « immersive ».

Un objet transmédia est donc un objet qui Lire la suite

Avec Gleeph, Une fiche de lecture 2.0

Glyphe maya. Période classique récente (600-900 ap. J.-C.). Palenque. Museo de América, Madrid, Espagne (©wikimédia).
Le classique exercice de la fiche de lecture peut-être modernisé à bon compte grâce à une application aussi maligne que rochelaise. Gleeph – admirez le jeu de mot – propose rien de moins qu’un réseau social de lecteurs et d’amoureux du livre. 
Rien de plus simple pour cela. Après une classique procédure d’enregistrement et d’acceptation des conditions générales, vous pouvez constituer votre bibliothèque virtuelle. L’interface est sobre. En-tête noir et fond blanc. Deux modes de recherche sont proposés. Un scanner permet d’identifier un livre que l’on possède grâce à son code barre, l’ISBN. Un mode manuel permet également de trouver son exemplaire.
Mais qu’est-ce que Gleeph ? Un réseau social autour du livre. On constitue sa bibliothèque virtuelle. Après cela, on peut poster des avis, rencontrer et échanger avec des lecteurs, recevoir des conseils de lecture. L’appli propose même de donner l’adresse de la librairie la plus proche pour trouver son bouquin.
Avec quel scénario pédagogique peut-on détourner cette application ? Le plus simple est que l’enseignant crée deux comptes (il faut avoir 16 ans pour ouvrir un compte sur la plateforme de Gleeph). Un premier compte permet de poster un avis sur un livre. La fameuse fiche de lecture. Le second compte permet de réaliser des échanges entre deux lecteurs. On peut imaginer un débat argumenté, des critiques. Bien entendu, si plusieurs enseignants s’associent, alors la partie débats et critiques peut être encore plus vivante.
Afin de mieux se présenter, de susciter des discussions, la page d’accueil de chaque compte se divise en trois parties. Tout d’abord, la wishlist, en français moyen, la liste de vœux. Elle permet d’afficher les goûts du lecteur, son programme de lecture. Il y a ensuite les livres que l’on a aimé. Puis enfin, les livres qu’on lit.
Rien n’empêche de se servir de ces trois parties pour compléter la fiche pédagogique réalisée par l’élève. La wishlist peut devenir une liste d’ouvrages correspondant au thème du livre, ou d’autres titres du même auteur… Les livres que l’on a aimé peut être une suggestion de lecture… Il y a de nombreuses possibilités.
Les quelques recherches que j’ai faites ne m’ont pas permis de trouver des avis. De même, les profils de lecteurs sont très hétérogènes. L’application est agréable à utiliser. L’idée d’un réseau social de lecteurs me paraît excellente et je pense qu’il faut attendre que cette jeune pousse développe et sa notoriété et ses usagers car elle est réellement prometteuse.
 

Vive le web sémantique !

Il y a déjà quelque temps, je vous avais entretenu de cette fabuleuse promesse d’un web sémantique. Il arrive ! Enfin, la version de M. Google arrive. Bref rappel : il s’agit d’obtenir des renseignements supplémentaires sur la page que l’on est en train de lire, et sans la quitter, bien entendu. Prenons un exemple. Comment transférer sur mon téléphone la Lire la suite

Une présentation géniale en quelques clics ?

Genial !

Theodor Severin Kittelsen, Har dyrene Sjæl ? 20 notes d’humour colorées. Berlin et Leipzig, M. Bauer (vers 1895).

Déprimé par la laideur de Powerpoint© ? Lassé de voir des présentations partageant la même esthétique, cette horreur répandue sur le monde comme la peste en 1348 ? Pire, vous ne vous êtes pas encore aperçu que cette laideur a envahi notre quotidien ? Peut-être parce que vous en êtes un utilisateur patenté, un thuriféraire du logiciel de MicroSoft© ?

Pourtant, il existe d’autres solutions pour présenter ses idées. Des clones, tel l’outil libre d’Open Office ou de Libre Office, ou encore Keynote d’Apple qui se différencie des autres en Lire la suite

Essayons Story Map

Carte routière

Raconter une histoire en s’appuyant sur une carte : c’est Story Maps (©cocoparisienne).

Story Map étant un logiciel Open Source, au moins deux éditeurs proposent d’utiliser ce logiciel très malin. Petit rappel : cet outil permet d’associer des images sur un fonds de carte. J’en ai déjà parlé brièvement ici. Il s’agit de StoryTelling, l’art de raconter des histoires, de scénariser des événements. Lire la suite