Écrire, c’est pas facile !

Rédiger un texte

Comment rédiger un texte ? (©PCA)

Et voilà le retour de l’écriture ! Sempiternelle rédac’, question ouverte d’histoire ou de géographie, c’est toujours la même angoisse.
Alors, comment écrire ? Comment produire un texte ? Peut-être faudrait-il mieux se décaler et envisager un autre point de départ. Comme, par exemple, Qu’est-ce que je fais quand j’écris ?
Écrire, c’est se livrer à trois occupations concomitantes. Construire une structure, rédiger, réviser (corriger). Lire la suite

Publicités

Une carte mentale pour lire une image

Lire une imageEn histoire et en géographie, on utilise beaucoup d’images et de types très différents : photographies de paysages, œuvres d’art, estampes diverses, les supports sont très variés. C’est pour cette raison qu’il est difficile de proposer une carte heuristique qui soit à la fois simple et complète. La lecture d’images peut reposer sur trois clefs :

  • Observer,
  • Expliquer,
  • Interpréter (et ressentir).

Lire la suite

Apprendre sa leçon avec une carte heuristique

Une carte heuristique pour apprendre une lecon

Une carte heuristique pour apprendre une lecon (©PCA).

Bien souvent le cours se termine par l’apostrophe « Et apprenez bien votre leçon ». Formule magique qui allie simplicité et bien souvent injonction paradoxale. Qu’est-ce qu’apprendre sa leçon ? Cette évidence du professeur est totalement intégrée par les élèves « normaux », ceux pour qui la scolarité ne pose aucun problème, ceux qui « aiment » l’école. Et bien souvent, ils quittent la salle de classe en connaissant déjà leur leçon. Pour eux, apprendre, c’est relire (au pire !). Lire la suite

Comment éviter les écueils et fabriquer une carte heuristique belle ?

 

ErnstErnst Haeckel, Kunstformen der Natur (1904), planche 41, Acanthophracta

 La meilleure manière de réaliser une carte mentale est encore d’utiliser une feuille et des crayons. Point de soucis matériels alors ! En seconde intention, on pourra ajouter des ciseaux et un tube de colle afin de découper des pictogrammes préalablement imprimés.

Au centre de la feuille, on dessinera le sujet de la carte. En effet, la carte est un outil non-linéaire et non verbal. S’il ne doit y avoir qu’un dessin, ce doit être celui du cœur. Il sera au centre d’une forme plus organique que géométrique.

Les branches, courtes et sinueuses, rayonnent à partir de ce cœur. Elles ne comportent qu’un mot, car la phrase est un retour à une réflexion linéaire. Chaque branche peut avoir plusieurs enfants qui engendrent à leur tour d’autres branches. Toutes sont plutôt du genre sinueux car on ne construit pas ici un organigramme.

On choisira, par plaisir, des couleurs pour chaque branche. On pourra (les rigoristes direz : on devra) les agrémenter de dessins et de pictogrammes simples, pris dans les codes connus, panneaux routier, icônes informatiques…

Une fiche de lecture avec une carte mentale

FicheLecture

Exemple de fiche de lecture (réalisée avec Freeplane)

Continuons notre exploration des cartes mentales. Un exercice relativement courant est la fiche de lecture. Quelle modèle construire ? Pierre Travers propose une fiche intéressante dans la mesure où elle prend en compte à la fois le livre en tant qu’objet et les ressources annexes (cdi, dictionnaires, web…). En tout état de cause, quelque soit le niveau d’études, des rubriques sont communes. Il en va ainsi de l’auteur et du titre du livre. Les deux feront l’objet d’une courte notice. En revanche, le contenu du livre est plus difficile à généraliser. Pour les romans, le théâtre, une rubrique contiendra la galerie des personnages. Un rapide résumé répondra au questionnement de Quintilien. Pour le théâtre et la poësie, des liens renseigneront sur la technique de versification, par exemple.

Si l’ouvrage n’est pas un roman, c’est sa structure qui déterminera l’arborescence. Il ne faut cependant pas qu’il y ai plus de cinq ou six branches, faute de quoi l’ensemble sera illisible et en tous cas très difficilement mémorisable.

Outre la méthode (apprendre à partir d’un dessin), la carte heuristique permet de répondre à l’individualisation pédagogique, comme à l’exploitation du travail en classe. Le schéma n’étant qu’indicatif, chaque élève va construire sa propre représentation, utilisant des couleurs, des dessins particuliers. Le résultat produit lui appartiendra pleinement. Ensuite, fort de sa carte, il pourra venir présenter son travail à l’oral. Et il évitera le principal écueil, la lecture systématique d’un travail entièrement rédigé. Lire un dessin suppose de construire un discours à partir de notes, de souvenirs en s’appuyant sur la carte. En général, les productions des élèves, au collège, sont bien moins structurées.

A minima, la mise en œuvre de cette fiche de lecture n’impose qu’un feuille et une trousse. On peut utiliser des logiciels comme Freeplane ou Xmind. L’intérêt, par rapport aux solutions en ligne, est d’utiliser peu de bande passante. Autrement, l’application en ligne MindMeister est excellente. Simple et ergonomique, sa prise en main est rapide (Freeplane ou Xmind sont parfois déroutant). Mais il faut avoir une adresse de courriel. Cerise sur le gâteau, MindMeister permet l’exportation du travail réalisé en .pdf.

Lire dit-elle

Lire, Aimer Faire Lire, Enseigner...

Filmvslivre

Littérature et cinéma

Classe Média Dupaty

Une classe qui a la classe !

K Elle Aime

Pâtisser, cuisiner, voyager

Esclaves en Amérique

Récits autobiographiques d'anciens esclaves 1760-1865

@-ZAP

Journal d'une zapette du web azimutée

Elles et sport

Les femmes et le sport : l'harmonie gagnante