Ciel, j’ai acheté un Ipad !

cloudcomputingJe suis vraiment la reine des pommes. J’ai beau retourner le bidule, je ne risque pas de brancher un disque NAS et encore moins ma clé USB : il n’y a rien qu’un orifice pour une fiche Jack et le rituel connecteur idoine de Apple. Que faire maintenant ? Il ne va pas s’agir ici d’expliquer comment synchroniser ses documents via itunes : vous êtes censé savoir le faire. Non ? Pas encore ? Alors, il faut se rendre ici. La synchronisation automatique, c’est bien, mais c’est automatique : pas de discrimination, tout y passe. Si c’est votre objectif, la solution se nomme Icloud et vous obtiendrez une copie conforme du contenu de vos différents appareils. Mais il peut être plus intéressant d’obtenir uniquement le document en cours. Autrement dit, ne synchroniser qu’une image, une présentation ou un texte. Autre usage, on peut vouloir accéder à certains documents sans pour autant qu’ils soient stockés sur la machine. C’est typiquement le cas du CV., un fichier qui sert à rien sauf si on veut le distribuer…  L’idée est donc de ne pas synchroniser les machines, mais un dossier. C’est ce que l’on nomme « informatique dans les nuages » ou cloud computing. Une solution élégante est celle du pionnier DropBox. Une fois l’application installée, un fichier apparaît dans la fenêtre du bureau. Il suffit de glisser/déposer un fichier et il est copié dans le nuage. Sur l’Ipad, la même simplicité est de mise pour récupérer le fichier. Nouveau venu, Google propose 5 GO de stockage gratuit. Le plus ? Non seulement les fichiers peuvent être partagés, mais encore ils peuvent être directement édités avec les outils Google  Documents. Une fois l’extension Google installée sur la machine, les documents sont accessibles à partir de n’importe quelle machine puisqu’ils sont dans le nuage.
Les solutions sont très nombreuses. La plupart offrent a minima 2 GO. Vous trouverez une liste sympathique qui propose, dans un tableau, un comparatif des différents solutions de stockage.

Publicités

Un Google Doc, pour construire son document à plusieurs

La fenêtre pour adresser les invitations à modifier un Google document.

Lorsque en 2009, Google rachète Etherpad, il plonge les utilisateurs de ce génial logiciel dans une certaine peine. Vous ne vous souvenez pas de ce génial éditeur de texte ? Le web est décidément le lieu de l’oubli ! Etherpad, c’était un éditeur de texte qui permettait de travailler de façon collaborative. Dans une interface très dépouillée. La gauche de l’écran occupée par la feuille de texte et la droite de l’écran partagée par le nom des intervenants et une ligne de chat (clavardage) permettant de commenter le projet. Voilà pour l’archéologie. Les Google Document ont repris une partie de ce logiciel. En effet, le propriétaire d’un document peut le partager. Pour cela, il envoi des invitations en utilisant des adresses de courriel. Les heureux utilisateurs peuvent ensuite se connecter sur le document partagé et le modifier tout en commentant dans une zone de clavardage le travail. Il devient ainsi loisible de faire travailler les élèves en groupe. Mieux encore, dans une salle informatique, qu’est-ce qui empêche de constituer des binômes qui vont devoir s’associer à d’autres pour réaliser un unique document ? Une situation pédagogique où les élèves doivent travailler de manière réellement collaborative, sous le regard bienveillant de leur professeur !

Lire dit-elle

Lire, Aimer Faire Lire, Enseigner...

Filmvslivre

Littérature et cinéma

Classe Média Dupaty

Une classe qui a la classe !

K Elle Aime

Pâtisser, cuisiner, voyager

Esclaves en Amérique

Récits autobiographiques d'anciens esclaves 1760-1865

@-ZAP

Journal d'une zapette du web azimutée

Elles et sport

Les femmes et le sport : l'harmonie gagnante

Les EPI médias de Dupaty

Les EPI médias, c'est immédiat !