La rentrée des classes avec un cartable 2.0

Le célèbre crayon Télévision de Conté.

Le célèbre crayon Télévision de Conté (©wikimédia).

Légitimement fière, J*** me montre son nouveau netbook. Pourtant, dans un éclat de rire, elle me fait part de son intention d’investir dans un cartable à roulette, un immense trolley, pour trimbaler son matériel pédagogique. Mais non, J***, le cartable n’est pas la punition de l’enseignant, l’utile extension de son cerveau. Un enseignant a besoin d’un cahier de texte en ligne. Il le trouvera sans peine sur le site de son établissement. Il en est de même pour le cahier de note. Il peut aussi utiliser un modèle pour LibreOffice disponible notamment sur cet excellent site (avec d’autres ressources). L’ensemble des ressources sera stocké dans le nuage à l’aide de Dropbox qui demeure une des meilleures solutions. Les livres pour la lecture suivie seront aisément trouvables sous forme de livre électronique, soit gratuitement (livre du domaine public), soit en version propriétaire. Le livre peut être lu avec de nombreux logiciels, qu’ils soient propriétaires (Adobe) ou libres comme l’extension pour Firefox EpubReader. Nous ne parlerons pas ici de Calibre. En ce qui concerne les manuels, il faut souligner la solution élégante que propose le LivreScolaire en mettant en ligne à titre gracieux ses manuels. Les élèves travailleront en ligne des exposés grâce à Etherpad (travail collaboratif) ou feront des posters avec le génialissime Glogster. Ils peuvent également répondre à des QCM en ligne (l’académie d’Amiens propose des choix sur sa page). Et voilà le cartable allégé du cahier de texte, du cahier de note, des classeurs de cours et des livres de lecture. Qu’est-ce qui manque ? La correction de copie. Pour l’instant, il y a peu de solution 2.0 et un crayon rouge 1.0 est encore nécessaire.

Comment lire un pdf sur ipad ?

Claude Monet (1840–1926), Les dindes, 1877 (©wikimédia).

En ces temps de fêtes, Y* m’a interpellé et brutalement tiré de ma torpeur due à un abus de Meleagris gallopavo (à moins que ce ne soit de Meleagris ocellata ?). Comment transférer un fichier pdf sur mon futur ipad ? La question annexe étant : je la branche où, la clef ? Ma première réponse, concernant la clef usb, fut de penser à l’excellent USB Disk, une application de gestion de fichier, déjà ancienne, qui rassure les fans de clef. En effet, il s’agit de faire glisser, dans iTunes, les fichiers que l’on veut lire sur un iTruc. Autrement, il y a le « magnificent » et très complet GoodReader. Un logiciel qui porte très bien son nom, capable d’ouvrir à peu près tout et bien entendu les pdf. Pour les fondus de pc, il peut même ouvrir les documents MS Office en .doc, .ppt. voire .xls. Cerise sur le gâteau, on peut annoter les pdf. Il s’utilise, comme les autres, à partir d’iTunes, mais permet aussi un transfert en wifi.

La solution la plus élégante, la plus web 2.0 est néanmoins l’utilisation du désormais célèbre cloud. DropBox est la solution ultime, j’en ai déjà beaucoup parlé, ici par exemple. Certes, cette application n’est pas la panacée pour le transfert de fichiers lourds puisqu’elle demande une très bonne connexion internet. Avec les mêmes limitations, il y a également les solutions Google. Il s’agit ici d’un usage 100% web 2.0 puisque les documents ne quittent pas le cloud. Transparente, facile d’usage, elle ne demande qu’un compte gmail. Cependant, Edward Snowden ne garantit pas le respect de votre vie privée si vous l’utilisez.

Vademecum : Dropbox en 4 utilisations

icn2dropJ’ai déjà évoqué (ici) l’élégante solution de stockage en ligne proposé par Dropbox. D’une manière générale, ce service permet d’atteindre quatre objectifs. Le premier, que l’on perd souvent de vue de nos jours, est de sauvegarder des fichiers (très utile en cas de de “crash” du disque dur). Il permet également d’accéder, à partir de n’importe quelle machine connectée à Internet, à ses ressources : et oui ! C’en est fini de la joie du « Mince, où est ma clef USB ? » et du non moins drôle « Zut, j’ai pas copié ce fichier sur ma clef ! ». De plus, si l’on partage entre plusieurs ordinateurs un même compte Dropbox, on peut synchroniser élégamment des fichiers entre les machines. En outre, Dropbox permet un autre type de partage en  mettant à disposition d’autrui un fichier dans un dossier public. Un petit manuel en ligne, réalisé par Jean-Paul Thomas et Sylvie Barbier, est disponible sur le site du CNDP.

Que peut faire un enseignant avec Dropbox ? Il peut mettre à disposition de ses élèves un fichier, ces derniers allant le chercher dans le dossier public. François Gély propose une manière élégante de pratiquer grâce à DropItToMe. Dans le cadre d’une salle informatique, la synchronisation entre les ordinateurs de la salle et le compte Dropbox permet de mettre à disposition de chaque poste un formulaire. Mais dans ce cas là, attention ! La première consigne pour les élèves est d’enregistrer le fichier reçu sous leur nom. Ainsi, le formulaire n’est pas corrompu et l’enseignant retrouve sur le compte Dropbox, de manière automatique, tous les travaux des élèves.

Ciel, j’ai acheté un Ipad !

cloudcomputingJe suis vraiment la reine des pommes. J’ai beau retourner le bidule, je ne risque pas de brancher un disque NAS et encore moins ma clé USB : il n’y a rien qu’un orifice pour une fiche Jack et le rituel connecteur idoine de Apple. Que faire maintenant ? Il ne va pas s’agir ici d’expliquer comment synchroniser ses documents via itunes : vous êtes censé savoir le faire. Non ? Pas encore ? Alors, il faut se rendre ici. La synchronisation automatique, c’est bien, mais c’est automatique : pas de discrimination, tout y passe. Si c’est votre objectif, la solution se nomme Icloud et vous obtiendrez une copie conforme du contenu de vos différents appareils. Mais il peut être plus intéressant d’obtenir uniquement le document en cours. Autrement dit, ne synchroniser qu’une image, une présentation ou un texte. Autre usage, on peut vouloir accéder à certains documents sans pour autant qu’ils soient stockés sur la machine. C’est typiquement le cas du CV., un fichier qui sert à rien sauf si on veut le distribuer…  L’idée est donc de ne pas synchroniser les machines, mais un dossier. C’est ce que l’on nomme « informatique dans les nuages » ou cloud computing. Une solution élégante est celle du pionnier DropBox. Une fois l’application installée, un fichier apparaît dans la fenêtre du bureau. Il suffit de glisser/déposer un fichier et il est copié dans le nuage. Sur l’Ipad, la même simplicité est de mise pour récupérer le fichier. Nouveau venu, Google propose 5 GO de stockage gratuit. Le plus ? Non seulement les fichiers peuvent être partagés, mais encore ils peuvent être directement édités avec les outils Google  Documents. Une fois l’extension Google installée sur la machine, les documents sont accessibles à partir de n’importe quelle machine puisqu’ils sont dans le nuage.
Les solutions sont très nombreuses. La plupart offrent a minima 2 GO. Vous trouverez une liste sympathique qui propose, dans un tableau, un comparatif des différents solutions de stockage.

Classe Média Dupaty

Une classe qui a la classe !

K Elle Aime

Pâtisser, cuisiner, voyager

Esclaves en Amérique

Récits autobiographiques d'anciens esclaves 1760-1865

@-ZAP

Journal d'une zapette du web azimutée

Elles et sport

Les femmes et le sport : l'harmonie gagnante

Les EPI médias de Dupaty

Les EPI médias, c'est immédiat !

livres d'un jour

Lire c'est bien, partager c'est mieux !

L'opticoindescurieux

[Le goût 100% "pigmenté" des arts & des sciences de CuriousCat]