Google et le web sémantique

La jalousie, collage de Juan Gris

Collage de Juan Gris (1887-1927) : la jalousie, avec le journal français « Le socialiste ». (1914)

C’est étonnant, mais Google n’est plus seulement un moteur de recherche, mais un moteur de réponses. Qu’est-ce à dire ? Que l’on peut organiser sa recherche afin d’obtenir une réponse sans passer par l’ouverture d’une page d’un site web quelconque. Mais, pour cela, il faut construire sa question. En effet, il s’agit ici d’être précis. Lire la suite

Publicités

Comment améliorer sa recherche sur Google ?

recherchegoogle

Les secrets de la recherche Google (©Netpublic.fr).

Dans un précédent article, j’avais passé en revue quelques astuces pour obtenir moins de bruit lors d’une recherche. Ici, il s’agit de passer à un niveau 2, au moins « expert » ! D’une recherche générique (un mot, une expression), on peut demander à Google de ne chercher que dans un site. La requête sera accompagnée de l’expression site:url où url représente l’adresse du site. De la même manière, on peut estimer que la meilleure réponse sera contenue dans les pages portant un titre précis. L’expression est intitle:Mot. Encore plus puissant, vous pouvez demander à ce que la requête ne s’applique qu’à un mot clef contenu dans l’adresse. C’est l’expression inurl. Et si vous recherchez un pdf que vous avez téléchargé dans une autre vie, la requête sera la suivante : site:url filetype:pdf. Elle n’est pas belle, la vie avec Google ? Ah oui, il va de soi que cette recherche doit s’appliquer sur tous les résultats disponibles. Vous avez donc pris soin de naviguez en mode privé. Des tutoriels sont disponibles ici ou surtout .

Va donc sur Google ! Mais comment que je cherche ?

Revers d’une tablette d’argile de Pylos portant le motif du labyrinthe. Musée archéologique national, Athènes, n°1287. ©Wikimédia.

Je suis certain que vous seriez bien en peine de me citer des moteurs de recherches autre que Google. Et pourtant, ce n’est pas parce que le shut down du pionnier AltaVista est passé inaperçu, cet été, qu’il n’existe pas d’alternative. Par exemple, le français Exalead ou Kartoo. De même, je suis aussi convaincu que vous n’avez jamais pris la peine de lire le mode d’emploi de ce moteur de recherche. Commençons par un début. Savez-vous que les résultats de votre requête Google sont personnalisés ? Qu’est-ce à dire ? Et bien qu’ils ne sont pas bruts, mais correspondent à ce que Google pense que vous voulez trouver, en fonction de votre historique. Se déconnecter de son compte Google avant de commencer une recherche est une première solution. Cela étant, vous objecterez que vos recherches ne sont pas si innovantes que cela et qu’en l’occurrence, la personnalisation de Google ne vous gêne pas. Vous avez bien raison. Soyons donc efficace et simple. Pour commencer, cessons de croire que Google a une once d’intelligence ! Même un lézard vert est plus futé ! Donc, arrêtez de lui parler comme à un adulte. Ne lui posez pas de questions, éliminez tous les mots inutiles (de toutes manières, il n’en tient pas compte). Construisez votre requête avec une suite de mot clef. Par défaut, Google considère que vous voulez que les mots de votre requête soient dans une page et utilise donc le « et ». Donc, si vous pensez que deux mots caractérisent votre recherche, intercalez « or ». A l’inverse, vous pouvez exclure un mot avec le signe « – » Exercice d’application : remarquez les subtiles variations de résultats avec les deux mots « saule » et « pleureur » en fonction des opérateurs utilisés. Encore un truc : mettre sa requête entre des guillemets permet d’afficher uniquement les pages contenant la suite des mots dans l’ordre demandé. Essayez la requête suivante « Il perd ses plumes perd ses larmes » et vous serez étonné du résultat (surtout si vous avez fait l’exercice d’application).

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’aide de Google qui se trouve ici. Pour notre part, nous aimons beaucoup cette page.

 

Che fare ? Comment choisir sa plateforme de blog ?

Ça y est, vous êtes décidé ? Vous voulez votre blog. Mais comment choisir ? Effectivement, le choix est cornélien. Commençons donc par la simplicité. Le webpédagogique offre des blogs pré-formatés dans sa version de base. Il suffit de choisir sa matière et le site propose un modèle que l’on peut un peu personnaliser. Largement suffisant pour un blog rapide et éphémère, pour ceux qui veulent privilégier le contenu. En plus, il n’y a que des blogs de prof, donc le voisinage est très très rassurant. Autrement, il y a EklaBlog. Un site facile, ludique et entièrement personnalisable. Et sans pub ! Beaucoup d’enseignants ont des ressources sur cette plateforme française. Cerise sur le gâteau, les critiques sont très positives. Autrement, il y a les deux géants. Rien à dire contre eux de particulier. L’ogre Google, avec Blogger, offre une solution simple et complète. Dans la barre de menu, choisir  « plus » puis « Blogger ». Une adresse Gmail et l’affaire est dans le sac !

Le bureau de WordPress

Le bureau de WordPress, ©wikimédia.

Avec WordPress, on touche au nec plus ultra. La référence des sites de blog offre gratuitement un blog très personnalisable. N’importe quelle adresse de mel suffit pour créer un compte. La création d’un billlet est simplissime. Les options sont bien détaillées. En fait, comme sur Blogger, le plus difficile sera de gérer les abonnements de ceux qui n’utilisent pas un agrégateur de flux. En effet, l’abonnement par courriel est loin d’être intuitif et se cache dans les méandres de la page d’accueil. Au final que faire ? Il importe tout d’abord de bien réfléchir son projet, d’en déterminer la pérennité. Ensuite, il ne faut pas hésiter à se lancer ! Plouf ! C’est parti !

Un agenda en ligne avec Google Agenda

Comment partager le plus simplement l’organisation d’une semaine, d’un semestre ou d’une année ? Google Agenda propose une solution simple et élégante. Avant toutes choses, il convient de se munir d’une adresse gmail. Nous conseillons même de créer une adresse ad hoc du type « MonCalendrier@gmail.com ». Une fois le compte créée, cliquer en haut à droite sur l’onglet « Agenda » et hop ! L’agenda apparaît. Il ne reste plus qu’à renseigner les rubriques. Enfin, presque… Pour commencer, il faut répondre à quelques questions afin de personnaliser l’agenda. Puis, en bas à gauche, un clic sur « Autres agendas » permet de choisir « jours fériés en France », voire « Numéros de semaine » ou autre chose…

Une page de l'agenda Google

Une page de l’agenda Google

Votre agenda existe. Il faut maintenant décider soit de « Rendre cet agenda public » et toute la galaxie pourra le consulter, soit

de choisir dans une liste de contact qui aura le privilège de voir votre agenda. Dans ce cas, il suffit de les inviter à accéder à votre agenda en ajoutant leurs emails respectifs, séparés par des virgules.

Troisième étape, peut-être la plus compliquée, il faut maintenant renseigner le planning. Une fois publié, votre calendrier est consultable sur le net, mais également sur smartphone et tablette.

Classe Média Dupaty

Une classe qui a la classe !

K Elle Aime

Pâtisser, cuisiner, voyager

Esclaves en Amérique

Récits autobiographiques d'anciens esclaves 1760-1865

@-ZAP

Journal d'une zapette du web azimutée

Elles et sport

Les femmes et le sport : l'harmonie gagnante

Les EPI médias de Dupaty

Les EPI médias, c'est immédiat !

livres d'un jour

Lire c'est bien, partager c'est mieux !

L'opticoindescurieux

[Le goût 100% "pigmenté" des arts & des sciences de CuriousCat]