Le web est mon cahier, comment m’en souvenir ?

Su Renshan

Page d’un carnet de note 1847, par le peintre chinois Su Renshan (©wikimédia)

 

Vous êtes un internaute moderne qui n’imprime plus de papier et qui ne possède plus de livres, si ce n’est électronique ? Pas de cahier non plus ? Heureusement pour vous, vous n’êtes plus le seul. Le web regorge d’applications faites pour vous. Ici, il ne s’agit pas de vous proposer SlideShare ou Issuu car vous les connaissez surement. Encore moins des bureaux en lignes. Les solutions de carnet électronique ne seront pas plus évoquées ici.

Parmi tous les outils disponibles, voici quelques solutions résolument web 2.0. Interface claire, simplicité optimum, tels sont les critères qui ont guidés notre choix. PageORama est un éditeur de page internet simplissime et qui se présente comme tel :

Why Page O Rama?

  • You need to put a page online fast.
  • You want a full HTML page with images.
  • You are tired using facebook.

Si vous indiquez une adresse, vous pouvez même revenir sur votre page et l’éditer. Les photographies y trouvent également leurs places, à condition d’être hébergées sur un autre site.

Autre solution, le service offert par Tackk. Avec ou sans inscription, Tackk vous permet la création d’une page publique ou privée. En quelques minutes, à l’aide de menus contextuels, les éléments textes et images sont assemblés. La page finie, vous pouvez la partager sur les réseaux sociaux, les blogs ou par mel.

Entre le socialbookmarking et l’annotation, le site annotary.com offre un service très novateur. Il permet d’annoter des pages web en les surlignant ou en collant des notes. Mais, tel Delicious ou Diigo, Annotary propose de sauvegarder dans le nuage les marques pages. En plus, il existe un module pour Firefox ou Chrome.

Avec ces services, on approche encore un peu plus d’une suprême liberté. En effet, tout est hébergé dans le web, dans le nuage. Ainsi, plus besoin d’une machine personnelle, il suffit de pouvoir se connecter. Partout et en tout lieu, toutes mes pages… Le rêve de 1984 !!

Yoolink, le social bookmarking à la française (si si !)

Yoolink est un site qui permet de partager ses marques-pages. Il n’est pas le premier (on est loin de Delicious), mais il est français – contrairement aux apparences.
Le principe est simple. Dès que l’on croise un site intéressant, un clic sur le « yoolink bouton » et une page d’enregistrement rapide apparaît. Après avoir renseigné le type de ressources et son intérêt, il suffit de rentrer quelques mots clefs (des « tags ») et le tour est joué. On peut continuer ses activités, un passage sur Yoolink permet de retrouver ses marques-pages. Mais il y a plus. L’aspect collaboratif consiste à partager ses découvertes, soit avec ses amis (des vrais !) soit avec des inconnus dont les centres d’intérêt sont voisins.

Classe Média Dupaty

Une classe qui a la classe !

K Elle Aime

Pâtisser, cuisiner, voyager

Esclaves en Amérique

Récits autobiographiques d'anciens esclaves 1760-1865

@-ZAP

Journal d'une zapette du web azimutée

Elles et sport

Les femmes et le sport : l'harmonie gagnante

Les EPI médias de Dupaty

Les EPI médias, c'est immédiat !

livres d'un jour

Lire c'est bien, partager c'est mieux !

L'opticoindescurieux

[Le goût 100% "pigmenté" des arts & des sciences de CuriousCat]