La logique complotiste : exercice pratique

Affiche sur le complot papiste, 1680.

Affiche éditée par Richard Baldwin, 1680.

Si vous avez besoin de comprendre comment peut fonctionner la logique complotiste, je vous propose un petit exercice pratique. Il s’agira de comprendre le complot papiste (Popish plot) de 1678.

Dans un premier temps, lire la notice wikipédia « conspiration » et prendre le temps d’admirer la construction du quatrième chapitre « Conspirations et controverses ». Faites votre miel du paragraphe « La peur des conspirations ». Deuxième étape : Chercher à croiser l’information. N’évitez pas des sites-miroirs de wikipédia. Normalement, vous devriez tomber sur deux ou trois sites « curieux ».

Reprenez votre recherche sous un autre angle. Celui de l’auteur de la conspiration : Titus Oates. Votre pêche devrait être bonne ! Il faut impérativement terminer par l’article de l’Universalis, sous peine de perdre tout l’intérêt de la démarche.

Quels enseignements tirer de cette aventure ? Un joli titre, porteur, le popish plot. Déjà, notre imagination s’emballe ! Un événement qui a sa place au cœur de la révolution anglaise. J’imagine que, comme moi, vous êtes des spécialistes de la révolution anglaise et que la situation religieuse anglaise au XVIIe siècle n’a aucun secret pour vous. Aussi, les articles que vous avez lu ont bien replacé les faits dans leur contexte. Vous avez un doute ? Parmi les sites que vous avez visité, lesquels sont des sites d’autorité (au sens, je peux prendre pour argent comptant ce qui est dit) ? Si vous êtes allé butiner dans les revues scientifiques, vous n’avez trouvé que des vieux articles, des critiques d’ouvrages et peu d’articles de fonds. Si vous vous amusez à lancer une recherche dans l’Universalis, site d’autorité, vous vous apercevez bien vite qu’il n’y a pas d’article sur le « complot papiste », qu’il est seulement évoqué dans des notices sur la révolution anglaise ou sur Jacques II d’Angleterre. Il s’agit donc d’un événement mineur dans l’histoire de l’Angleterre et de la Révolution anglaise. Ou de la preuve qu’on nous cache des événements fondamentaux ?

 

Publicités

La logique complotiste (2)

bapteme de clovis

Plaque de reliure en ivoire, Reims, dernier quart du IXème siècle. Musée de Picardie à Amiens. Le baptême de Clovis par saint Remy avec le miracle de la Sainte Ampoule.

Pour les enseignants, il est important de mettre au jour les procédés rhétoriques qui fondent les discours conspirationnistes. Tout d’abord, il est impossible de prouver – dans le sens de montrer une preuve – que les théories conspirationnistes sont fausses. Comment prouver que les attentats du 11 septembre ne sont pas l’œuvre d’une machination ourdie par les services secrets américains ou que la voiture des terroristes qui ont attaqué le journal Charlie Hebdo n’a pas été changée par la police ? Et justement, en parlant de cela, les Lire la suite

La logique complotiste

Détail du billet de 1 dollar américain. Une recherche intéressante sur la toile…

Déconstruire la logique complotiste est devenu un acte citoyen primordial. Comment faire lorsque la requête google « chat » et « extra-terrestre » renvoit 494 000 réponses en 0,65 secondes ? Se rassurer en constatant que « chat » et « alien », c’est environ 35 500 000 résultats en 0,51 secondes ? Lire la suite

Le clic et l’humilité

La pêche à la ligne

La pêche à la ligne [soldats à l’arrière de la ligne de front], Agence Rol, (1915)

Tout fier de mon nouvel article, je clique sur « publier », et vogue ta vie ! Une dizaine de lecteurs en prend connaissance. C’est un petit blog et je ne suis pas encore arrivé à fédérer autour de lui une communauté. Lire la suite

Filmvslivre

Littérature et cinéma

Classe Média Dupaty

Une classe qui a la classe !

K Elle Aime

Pâtisser, cuisiner, voyager

Esclaves en Amérique

Récits autobiographiques d'anciens esclaves 1760-1865

@-ZAP

Journal d'une zapette du web azimutée

Elles et sport

Les femmes et le sport : l'harmonie gagnante

Les EPI médias de Dupaty

Les EPI médias, c'est immédiat !

livres d'un jour

Lire c'est bien, partager c'est mieux !